Quel avenir pour les réservistes de la Marine Nationale ?

La décision récente de la DPMM de réduire significativement les contrats des réservistes opérationnels a été soudaine et brutale. Principalement motivée par une logique purement financière, cette réduction significative (de l’ordre de 25% en moyenne !) a considérablement affecté le moral de nos 6200 réservistes.

Il est indéniable que la forme et le fond de cette décision posent question.

Sur la forme, il aurait été fortement souhaitable que cette diminution ait été actée et communiquée à l’avance à l’ensemble des réservistes. L’effet immédiat de la mesure, qui plus est souvent apprise au détour d’une conversation, n’a en effet pas vraiment contribué à faire passer le message que les réservistes étaient essentiels au fonctionnement de l’institution

Sur le fond, il conviendrait de s’interroger sur la pertinence d’une telle mesure : fortement sollicitée dans un spectre large couvrant du rayonnement au soutien OPS en passant par le recrutement, la réserve opérationnelle est en effet devenue aujourd’hui incontournable pour mener à bien l’ensemble des missions confiées à la Marine.

Très sollicités dans le cadre des PMM, PMS, JDC ou simples visites de bases et de navires, nos réservistes contribuent quotidiennement à transmettre avec dévotion leur riche expérience acquise au fil de leur carrière. C’est cette passion de la mer, partie intégrante de leur ancienne vie, qui permet de susciter chez ces jeunes un engouement certain pour ce métier unique. Un chiffre éloquent : 20% des jeunes ayant suivi une PMM s’engagent au service de la nation !

Au-delà du rayonnement et du recrutement, les réservistes réalisent aujourd’hui une part croissante des missions de la Marine, que ce soit en acteur direct de ces dernières ou en soutien rapproché. Ils sont par exemple particulièrement visibles à bord de nos bâtiments en gardiennage de longue durée, permettant ainsi à l’équipage de souffler en soldant des jours de permissions bien méritées. Dans les états-majors, ces derniers occupent des places souvent non honorées faute de personnels apportant une vision singulière dans les dossiers, que ce soit de par leur expérience passée par les anciens du métier que par leurs compétences civiles pour nos réservistes « non marinisés ».

En conclusion, il est inéluctable que la décision récente de la DPMM de réduire significativement les contrats de réservistes aura des conséquences néfastes sur le rayonnement, le recrutement, la fidélisation de l’ensemble de nos marins (réservistes en tête), mais surtout sur l’activité de l’ensemble des Forces.

Il devient urgent de prendre la mesure de cette décision et d’en évaluer finalement l’impact à venir. Des solutions peuvent et doivent être trouvées, dans la concertation, afin de préserver un mode de fonctionnement qui a maintes fois fait ses preuves.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.