Retour sur les vœux aux armées du président de la République

voeux

Le 14 janvier dernier à Saint-Cyr Coëtquidan, M François Hollande, président de la République prononçait ses vœux aux armées.

Plus d’un mois s’est écoulé depuis et APNM – Marine, en pleine genèse n’avait pas encore eu le temps d’en faire un condensé. Nous comblons ce retard, attendu que le contenu demeure d’actualité même s’il n’y eût pas d’annonce majeure, soit que les mesures aient été déjà connues, voire votées par le parlement.

L’on retiendra surtout la reconnaissance appuyée des efforts portés par la communauté militaire au service de la Nation, le président soulignant l’engagement de près de la moitié d’entre nous (100 000) plus de 200 jours en opérations intérieures ou extérieures, « C’est-à-dire plus de six mois hors du domicile. Peu de métier sont aussi exigeants. ».

Ci-dessous quelques temps forts de ce discours :

2015 : « une mobilisation forte, intense et même exceptionnelle pour nos armées »

Il faudra retenir un hommage appuyé aux forces armées en général, engagées sur de multiples fronts : en France pour protéger nos concitoyens notamment au depuis les attentats de janvier de janvier 2015, dans leur mission de protection du territoire national ou Outremer, sous l’eau, en Manche ou en Atlantique, dans l’espace aérien. Ou bien encore à l’extérieur, du Mali à l’Irak, sur une large frange sahélienne et moyen-orientale.

Un rappel à la mémoire de ceux de nos camarades morts en opération au Mali sans oublier nos 9 camarades décédés à Albacete, ou une pensée appuyée pour ceux, blessés, qui supportent courageusement leur trop longue convalescence dans l’attente de leur retour au service de la France.

L’importance de cette mobilisation est le prix à payer pour que la France honore son rôle dans le concert des Nations ou se protège.

Dès lors le président s’est engagé à veiller à ce que la condition militaire soit améliorée : compensations pour mieux reconnaître nos sujétions, attention portée au bénéfice des permissions annuelles unités déployées comprises, application intégrale du protocole sur les rémunérations et les carrières des fonctionnaires aux militaires.

De la sacralisation du lien armée-Nation :

Démontrant son attachement à l’institution militaire hérité de ses classes effectuées précisément à Saint-Cyr, le président s’est ensuite attaché à rappeler les contours du rôle social des armées dans la France d’aujourd’hui, soulignant qu’au-delà du combattant, le militaire plus que jamais est le défenseur d’un idéal, celui de la Patrie.

Que dans ce contexte le choix de l’engagement consenti s’exprime avec efficience en demeurant ouvert au monde.

Et de conclure : « Commander, c’est une responsabilité, ce n’est pas décider simplement pour les autres, c’est décider avec les autres et emmener les autres vers les choix que vous aurez à faire. »

« Servir la France l’affaire de tous » :

L’occasion de rappeler la généralisation du service civique, cadre d’utilité de la jeunesse mettant notamment les différences au service du bien commun, susceptible de susciter l’engagement de la jeunesse pour une France forte économiquement, juste socialement et respectée militairement.

Hommage à l’investissement de l’armée de terre au profit du service militaire volontaire (SMV) :

Pour mémoire, le SMV offre une seconde chance à des jeunes en difficulté en leur dispensant des formations conjuguant savoir-faire et savoir-être.

La réserve un des maillons du lien armée-Nation :

Le nombre de réserviste passerait de 28 000 à 40 000 dont 1 000 seraient déployés en permanence pour la protection de nos concitoyens, le tout appelé à terme à devenir une « véritable garde nationale », sujet à l’étude au parlement.

Révision de la loi de programmation militaire :
  • arrêt des déflations d’effectifs ;
  • effort supplémentaire en matière de budget ;
  • rappel des programmes en matière d’équipements « en 2016 seront livrés 11 hélicoptères Tigre et NH90, 9 Rafale, 3 A400-M, une frégate multi-missions et d’autres encore ».
Conclusion autours des commémorations de l’année 2016 et le centenaire de Verdun :

En conclusion de son discours, au-delà du devoir de mémoire envers ceux qui auront péri ou eu à souffrir dans les tranchées de Verdun, la bataille de la Somme dont nous célèbrerons en 2016 les commémorations ou tout au long de la première guerre mondiale, retenir le message de paix qu’ils nous auront livré en héritage pour le défendre partout, qu’il s’agisse de la concorde nationale ou de la solidarité européenne.

Rappelons que les marins français se battirent et même bien pendant la première guerre mondiale. Sur terre, en mer et dans les airs, c’est toute la France maritime qui se mobilisera et 3 500 de nos grands aînés furent cités à l’ordre de l’armée. Il y eût des grands noms dont les plus anciens d’entre nous encore en activité ont sans doute pu parcourir les coursives des bâtiments éponymes (Guépratte, Dupetit Thouars) et de plus humbles. Nos fusiliers-marins, sous le commandement de l’amiral Ronarc’h, s’y distinguèrent notamment dans un autre enfer, celui de Dixmude, mais c’était en novembre 1914, écrivant à leur tour une autre belle page de ce courage dont sait faire preuve le marin…

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *